Pourquoi j’ai voté pour Jean-Claude Juncker ?

vote Juncker

Au nom de la démocratie

Son parti est arrivé en tête aux élections européennes. Nous avions dit aux électeurs que leur choix serait décisif. Nous tenons parole, même s’il ne s’agit pas de notre candidat. Nous l’avons auditionné et avons exprimé des priorités, par exemple en matière de droits fondamentaux, de lutte contre la fraude et l’évasion fiscale, ou encore d’économie, dont il a tenu compte dans son programme

En Anglais 

En Français 

 

Au nom de l’esprit communautaire

Jean-Claude Juncker connaît les institutions européennes et comprend leur originalité : le rôle de la Commission tient à son droit d’initiative et à sa place au centre du jeu, entre les États grands et petits, fondateurs ou plus récemment membres de l’UE, du Nord et du Sud. Il a l’expérience des interdépendances complexes.

 

Au nom de l’économie sociale de marché

Ce concept, inscrit dans les traités, méconnu en France, est équilibré. J’approuve sa volonté d’appliquer les règles visant à permettre la réduction du déficit public et de la dette, comme je soutiens ses propositions d’accroître l’investissement et de développer le potentiel du marché unique numérique. L’ensemble du groupe ALDE attachera une grande importance à ce point, au fil des cinq années à venir. Contester les règles ne mène à rien, les compléter est essentiel.

Jean-Claude Juncker propose deux innovations qui me tiennent tout particulièrement à cœur : un budget de la zone euro ainsi qu’une représentation extérieure de l’Union économique et monétaire.

*

Le vote d’aujourd’hui est une première étape dans la constitution de la nouvelle équipe qui va diriger l’Europe à l’avenir

Les prochaines échéances consisteront, pour le Parlement européen, à auditionner les candidats commissaires puis à voter, au Parlement européen, sur l’ensemble de la Commission (à l’automne).

Cette institution est un collège ; les dérives présidentielles des dernières années ne devraient pas être perpétuées.

Enfin, le Conseil européen désignera son Président qui, à la fin de l’année, succèdera à Herman Van Rompuy mais celui-ci n’est pas responsable devant le Parlement.

Tout au long du mandat, il appartient au Parlement européen d’exercer un contrôle sur la Commission européenne et nous avons l’intention d’utiliser pleinement ce droit.

 

Why I voted for Jean-Claude Juncker?

vote Juncker

 

In the name of democracy

His party came top in the European elections. We told Europe’s electorate that their choice would be decisive. We are keeping our word, even if it is not in favour of our candidate. We organised a hearing with Jean-Claude Juncker and underlined our priorities, for example concerning the issue of fundamental rights, the economy, or the fight against fraud and tax evasion, which have been taken into account in his programme.

In English 

In French 

In the name of Community spirit

Jean-Claude Juncker knows the European institutions and understands their originality: the role of the Commission is based around its right of initiative and its place at the heart of the action, between the large and small Member States, the founding and newer members of the EU, between North and South. He is experienced in the field of complex interdependencies.

In the name of the social market economy

This concept, enshrined in the Treaties, largely unknown in France, is balanced. I agree with the refusal to weaken the common rules which aim to enable the consolidation of public finances, just as I support the proposals to increase investment and to further develop the potential of the digital single market. The whole ALDE group considers this point to be of the utmost importance for the coming five years. Challenging these rules will lead nowhere, the essential point is to complete them.

Jena-Claude Juncker suggests two innovations which are particularly important to me: a budget for the Euro zone as well as an external representation of the Economic and Monetary Union.

*

Today’s vote is the first step in the constitution of the new team which will lead Europe in the future

For the European Parliament, the next stages will involve organising hearings of the Commissioner candidates then to vote, in the European Parliament, on the Commission as a whole (in the autumn).

This institution is a college: the presidential excesses of recent years should not continue.

Finally, the European Council will appoint its President, who, at the end of the year, will succeed Herman Van Rompuy, but who is not accountable in front of the Parliament.

Throughout the term of office it is the European Parliament’s responsibility to scrutinise the European Commission and we intend to make full use of this right.

2017-05-19T00:50:38+00:00