En juin 2016, les Britanniques ont décidé par référendum de quitter l’Union européenne. La coopération européenne étant fondée sur le libre accord des volontés, ils en avaient la faculté. Leur décision marque-t-elle une victoire de la démocratie ou le triomphe de la démagogie ? L’Histoire tranchera. Mais, d’ores et déjà, quelques enseignements peuvent être tirés de cet événement.

Les conditions d’organisation du référendum n’ont guère permis aux électeurs britanniques de se faire une idée objective des enjeux. Entré dans la Communauté économique européenne (CEE) en 1973 sur un malentendu, le Royaume-Uni la quitte sur un fantasme. Certains s’en réjouissent en raison du rôle peu constructif que, trop souvent, ce pays a joué. Mais l’attitude de Londres a longtemps permis aux autres capitales de cacher leur propre manque d’engagement. Les Britanniques nous placent au pied du mur.

En savoir plus sur Revue Etudes

2018-01-03T16:19:52+00:00