Le cœur gros devant le gâchis que représente la réforme des collèges, j’ai eu la curiosité de relire le discours prononcé par le général de Gaulle en septembre 1962 à Ludwigsburg, en allemand, à de jeunes Allemands. Imagine-t-on le chef de l’Etat actuel trouver ce ton et faire un tel effort ?

Le dernier à avoir su toucher les Allemands est François Mitterrand, lors de son discours au Parlement européen, en 1995.

Faut-il mettre en péril un rapprochement porté par des hommes d’Etat de toutes tendances ainsi qu’une multitude d’artisans (professeurs, responsables de jumelages, acteurs économiques, créateurs) qui, pour être plus discrets n’en sont pas moins précieux?

A méditer, en espérant que les autorités françaises accepteront de mesurer leur erreur et de la corriger à temps.

2017-05-18T12:17:40+02:00