La France veut faire de l’économie ? Qu’elle favorise… la parité à la Commission européenne !

Si les autorités françaises demandent vraiment qu’un « portefeuille économique », dans la future Commission, soit attribué au commissaire français, en vue notamment de réorienter les politiques européennes en faveur de la croissance, elles devraient méditer l’étude très intéressante de l’OCDE (“Closing the gender gap” – texte intégral http://www.oecd.org/gender/closingthegap.htm paru en décembre 2012 ).

Il en ressort qu’un meilleur usage des compétences des hommes et des femmes pourrait aboutir à une augmentation du PIB d’environ 0,4 % en France, ce qui est loin d’être négligeable quand, par ailleurs, les perspectives de croissance sont nulles. Parions que si ces 0,4 % provenaient d’une autre source, personne ne se permettrait de les négliger…

Ce serait en outre en cohérence avec la loi française qui, tout récemment, vient encore de renforcer les exigences de présence de femmes dans les conseils d’administration des entreprises privées.

Faut-il convaincre Jean-Claude Juncker ? Non, il a déclaré devant le Parlement européen qu’il prendrait l’exigence de parité au sérieux. Quant à l’actuel Président du Conseil ECOFIN, le ministre italien M. Padoan, il était économiste en chef de l’OCDE quand cette étude a été publiée… il aura du mal à dire le contraire.

Citation “si l’économie française venait à faire un usage plus efficace des compétences de chacun en termes d’éducation et de participation économique et si la parité entre les sexes dans la participation dans le marché du travail était réalisée au cours des 20 prochaines années, cela conduirait à une augmentation de 5.2% de la population active et à une augmentation annuelle de 0.4 points de pourcentage du taux de croissance du PIB par habitant, et à une augmentation du PIB de 9.4% entre 2010 et 2030”.

 

Closing the gender gap

2017-05-19T00:50:40+00:00