Le Chancelier Schmidt nous a quittés. Pour les Européens de toutes sensibilités, c’est une grande perte.
Avec Richard von Weizsäcker, disparu en janvier dernier, il avait créé la Fondation de la Nation allemande pour « ne pas laisser la belle idée de nation aux nationalistes », comme ils disaient.

Les deux hommes avaient connu la guerre et les ravages du nationalisme. Ils savaient de quoi ils parlaient.
Ayant la chance d’être membre du Sénat de cette fondation dans laquelle Helmut Schmidt était encore très présent, je m’efforcerai de continuer à contribuer au rapprochement des Européens. C’est une lourde responsabilité mais aussi, quand on repense à l’exemple que ces hommes nous ont laissé, une tâche exaltante.

Pour honorer sa mémoire, j’invite à relire son discours du 4 décembre 2011 sur l’Europe.

https://www.sylviegoulard.eu/wp-content/uploads/2015/11/FR.pdf

https://www.sylviegoulard.eu/wp-content/uploads/2015/11/DE.pdf

EN

https://www.sylviegoulard.eu/wp-content/uploads/2015/11/EN.pdf

2017-05-18T11:17:37+00:00