Happy birthday et le lotus bleu

6 décembre 2006

Avez-vous déjà réalisé que la globalisation, en réduisant les distances, élargit le temps ? Par exemple le temps d’une journée d’anniversaire ?

Autrefois, on avait droit à une tournée du facteur et à quelques coups de fil, à condition de ne pas trop s’éloigner du téléphone Le comble de l’exotisme, à l’époque, c’était le colis de la correspondante allemande, rempli de décorations de Noël faites à la maison (aplaties) et d’étoiles à la cannelle (écrasées). Jamais biscuits n’auront meilleur goût que ces miettes là. Ou la carte de la zia Maria de Milan qui devait viser juste, entre grèves françaises et italiennes, pour arriver le jour J. Ce fut souvent le cas et tous mes anniversaires garderont ces tendresses mêlées d’Allemagne et d’Italie.

Désormais, la globalisation est en marche. C’est Shangaï qui commence, par SMS, dés minuit heure locale, pour rire, alors qu’en Europe, c’est encore la veille. Puis, passé minuit au fil des fuseaux horaires, des mails commencent à arriver, de la part de copains orientaux déjà accrochés à leur clavier. Ou de noctambules européens. Milan encore, comme jadis. Merci Mario pour le clin d’œil et l’émotion.

Ensuite viendront les baisers moins virtuels des enfants, la surprise, le gâteau et… comme une session de rattrapage, les derniers messages du Brésil, du Venezuela, de New York et enfin… de San Francisco. Sauf quand les copains américains se sont trompés dans le sens du décalage horaire et ont rattrapé les Chinois. Quelque part, toujours, c’est déjà demain.

Bref tout cela pour vous dire que votre candidate a un peu vieilli. Et pour rassurer cette Présidente de section qui a écrit récemment que j’étais « jeune et déterminée » et donc pouvais laisser passer mon tour encore.

De plus en plus déterminée Madame, mais comme nous tous, de moins en moins jeune.

Sylvie Goulard

2017-05-19T17:00:21+00:00