Bon anniversaire l’Europe !

25 mars 2007

Le 25 mars 2007 l’Europe a fêté ses cinquante ans. A Berlin, Mme Merkel a pris les choses en mains et mis d’accord ses 26 partenaires sur un texte lisible, bref. Herzlichen Glückwunsch ! Brava ! On devrait toujours s’adresser à des spécialistes et, c’est bien connu, pour fêter les anniversaires, rien ne vaut l’Allemagne. Devant tous ceux qui, autour d’elles, ont permis ce beau résultat, chapeau bas.

Dans le texte officiel, quelques perles méritent d’être signalées : le rappel de la dignité humaine et une insistance sur la liberté qui, à Berlin, prend un sens tout particulier. Avez-vous déjà vu des photos du Reichstag en 1945, ce champ de ruines et de décombres où errent quelques humains hagards ? Et, non loin de l’endroit où la photo de famille a été prise, sous le soleil pâle du printemps, des croix, alignées le long de la trace de l’ancien mur, marquent le souvenir des fugitifs de l’Est qui n’ont pas eu la chance de parvenir à l’Ouest.

Ce 25 mars, l’égalité hommes / femmes portait un tailleur orange qui tranchait singulièrement avec leurs costumes gris. Et, cerise sur le gâteau, la fin du texte rappelle la nécessité de sortir de la crise créée par le rejet du traité constitutionnel en France et aux Pays-Bas. Avec une date à la clé : les élections européennes de 2009. Une deuxième fois, chapeau bas.

Si, à Paris, les autorités officielles ont observé un silence assourdissant, si le pays de Monnet et Schuman continue désespérément de bouder son bonheur européen, en ne fêtant pas plus ce cap qu’il n’avait célébré l’arrivée des nouveaux Etats membres, nos partenaires s’en sont donné à cœur joie. C’est à Berlin et à Rome que la fête a battu son plein. Mais à travers la presse, sur les chaînes de télévision et à la radio, la commémoration a été abondamment nourrie, dans toute l’Europe.

Deux grands journaux européens ont eu la même idée : donner « 50 raison d’aimer l’UE » (The Independant, 21 mars) et «50 motifs d’aimer une cinquantenaire » (Le Corriere della sera du 25). Se sont-ils inspiré mutuellement ? Peu importe. Aux Anglais, le plus grand coup de chapeau. Pour avoir participé à un débat à Londres (1) deux jours avant cette publication, je peux confirmer combien la démarche est hardie : la liste figure en une, autour du drapeau européen. Schocking ! Outre-Manche, un député conservateur nie en public, sans peur du ridicule, que l’Europe ait apporté la paix ; une chercheuse du même camp énonce froidement que l’appartenance à UE était dans l’intérêt de son pays quand il allait mal, dans les années 70 mais ne l’est plus depuis que ce sont les autres qui vont mal. Belle conception de la solidarité ! Mais bravo les Italiens qui, à défaut de prendre le même risque, ne manquent pas d’humour. Et l’Europe a impérativement besoin d’humour pour regarder cette construction européenne avec des yeux plus détendus.

La comparaison des deux listes est amusante : on y retrouve les grands classiques : la paix bien sûr, les réalisations économiques ou un rectificatif bienvenu sur le nombre limité des fonctionnaires européens (moins nombreux que le staff de la BBC mais le double de celui de la RAI-TV). Acte manqué ? Le journaliste italien commence par rappeler que le traité a été signé à Rome… amusante, cette entrée en matière un tantinet nationaliste pour un article à la gloire de l’Europe. Mais la suite est bon enfant. Notamment la raison 14 qui rappelle toutes les arrière-pensées des uns contre les autres pour finir en auto- dérision italienne sur la gestion publique. Les Anglais insistent un peu plus sur l’influence globale, les Italiens sur l’amélioration des conditions de vie (de meilleurs restaurants partout en Europe). L’abolition de la peine de mort figure dans les deux listes ; le Corriere souligne brièvement une vérité d’importance « la cour de justice n’applique pas la charia ». Jolie et sobre manière de nous rappeler que l’Europe est, dans le monde, un oasis de droits de l’homme dans un désert brutal. La meilleure chute appartient à The Independant, ravi de faire marcher les eurosceptiques, même si j’aime beaucoup deux plaisanteries du journal milanais : la première consiste à dire que les bâtiments communautaires sont tellement laids qu’ils en sont presque beaux. L’autre est infiniment plus profond : le point 10 milanais insiste sur les avantages de la libre circulation en précisant que, pour aller passer un week-end en amoureux dans un autre Etat membre, la libre circulation a été assurée mais que le conseil européen ne fournit pas le fiancé…Jolie formulation de la répartition des compétences. Si je n’avais pas déjà écrit l’Europe pour les Nuls, je l’aurais reprise : de l’Europe, il ne faut pas tout attendre. Elle pose un cadre. Pour le reste, laissons la vie jouer.

Cela dit, les journalistes anglais et italien ont oublié une chose : le plus beau cadeau de l’Europe, c’est la complicité humaine par-delà les frontières qu’elle a tant facilitées. Elle permet d’être paresseux tout en étant bien informé. Sans elle, je n’aurais pas pu écrire ce billet puisque ce sont des amis européens qui m’ont signalé ces deux articles.

D’où mon vœu le plus cher pour les 50 prochaines années : que tous les Européens aient la chance de goûter un jour la complicité par delà les frontières, d’avoir partout en Europe des amis chers. Avoir pu fêter les 50 ans de l’Europe avec un ami « étranger », avec l’un de ses artisans les plus actifs, en échangeant sur tout et sur rien, fut pour moi un vrai bonheur. J’aime cette manière qu’ont les Européens de voir les mêmes choses avec des regards différents, de se fixer les mêmes buts sans concevoir le même moyen d’y parvenir, et aussi ce besoin, si propre à certains représentants de notre continent rationnel et divers, de trouver la nuance. Mon interlocuteur redoute en parlant français, de perdre les nuances. Outre que son français est excellent, j’aimerais lui faire comprendre combien, dans chacune de nos conversations, il en ajoute…

Une 51ème bonne raison d’aimer l’Europe, c’est ceux qui y vivent et qu’on aime.

Sylvie Goulard

1 Débat Thnak God for Europe, British Museum, organisé par le FInancial Times et Intelligence squared le 19 mars 2007

2017-05-22T12:41:34+00:00