Un commentaire de l’Empereur Hadrien…

2 juillet 2007
…qui pourrait s’appliquer à l’Union européenne actuelle, si vulnérable, si décriée

A méditer, notamment par les « successeurs » qui ont tendance à dire que l’Europe des fondateurs est morte, qu’elle ne sert à rien, qu’elle est « insipide »…
« Je me disais qu’il était bien vain d’espérer pour Athènes et pour Rome cette éternité qui n’est accordée ni aux hommes ni aux choses, et que les plus sages d’entre nous refusent même aux Dieux. Ces formes savantes et compliquées de la vie, ces civilisations bien à l’aise dans leurs raffinements de l’art et du bonheur, cette liberté de l’esprit qui s’informe et qui juge dépendaient de chances innombrables et rares, de conditions presque impossibles à réunir et qu’il ne fallait pas s’attendre à voir durer. (…)

D’autres hordes viendraient, d’autres faux prophètes. Nos faibles efforts pour améliorer la condition humaine ne seraient que distraitement continués par nos successeurs ; la graine d’erreur et de ruine contenue dans le bien même croîtrait monstrueusement au contraire au cours des siècles. Le monde las de nous se chercherait d’autres maîtres ; ce qui nous avait paru sage paraîtrait insipide, abominable ce qui nous avait paru beau. (…)

Je voyais revenir les codes farouches, les dieux implacables, le despotisme incontesté des Princes barbares, le monde morcelé en Etats ennemis, éternellement en proie à l’insécurité. (…) Notre époque, dont je connaissais mieux que personnes les insuffisances et les tares seraient peut-être un jour considérée, par contraste comme un des âges d’or de l’humanité ».

D’après Marguerite Yourcenar (Mémoires d’Hadrien, Folio)

Sylvie Goulard

Retour Editos 2007

Archives : Editos 2006 >> Editos 2007 >> Editos 2008 >> Editos 2009

2017-05-19T17:15:59+00:00