16 juillet 2009


Député ou députée ?
J’ai beaucoup hésité entre la rigueur grammaticale et la tradition qui auraient conduit à privilégier « député », et le symbole. Finalement, j’ai choisi de délivrer un message. L’union européenne s’est constamment battue pour l’égalité hommes / femmes. Au moment où elle reste à achever chez nous et où, dans tant de régions du monde, au nom de religions rétrogrades ou de « cultures » fumeuses, elle pourrait régresser, j’ai choisi « députée ».

Quel numéro dans l’hémicycle ?
1ère légion, 3ème cohorte, 2ème manipule, 1ére centurie… ? Non, ce n’est pas si compliqué que dans Astérix Légionnaire.

Ma place est la 490, résolument au centre, dans l’axe du Président, entre un Espagnol PPE et un Libéral néerlandais. Très sympathiques tous les deux.

Quel groupe politique ?

Le groupe ADLE, alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe, présidé – et c’est l’immense bonne nouvelle de ce début de mandat – par Guy Verhofstadt. Ancien Premier ministre belge, c’est un Européen engagé, qui a des idées précises pour sortir de la crise et qui défend la méthode communautaire. Un vrai bonheur ! Cela existe encore.

Ayant gouverné pendant 9 ans une coalition avec des socialistes et des écologistes, il prône un libéralisme intelligent, fondé sur le marché mais aussi sur des règles sociales et environnementales exigeantes. Dans un ouvrage récent, « Sortir de la crise, comment l’Europe peut sauver le monde » (André Versailles Editeur, 2009), il expose une vision européenne ambitieuse et politique. A lire sur la plage ou sous les arbres.

Quelle commission thématique ?

La Commission dans laquelle je serai titulaire, dite « ECON », est en charge des questions économiques et monétaires : elle s’occupe de l’euro, de la supervision des marchés financiers, de la régulation en matière bancaire, des questions de concurrence et de la fiscalité. Je suis heureuse d’avoir obtenu ce poste car cette Commission a un rôle capital à jouer dans la solution de la crise financière et dans la préservation de la monnaie unique, le joyau de la couronne communautaire.

J’ai pu être désignée comme coordinatrice du groupe au sein de cette Commission c’est-à-dire que je contribuerai à « fabriquer » le compromis au sein du groupe et avec les représentants des autres groupes politiques. La Présidente étant une Britannique, Sharon Bowles, les spéculations vont bon train sur l’influence de la City de Londres et la capacité du Parlement à dialoguer avec la BCE. Mais ne caricaturons pas ! Nous serons nombreux à venir de la zone euro (à commencer par les autres coordinateurs, Jean-Paul Gauzes, PPE et un Alemand du SPD). Dans la défense de notre monnaie, nous serons très vigilants. Et il y a quelque ironie à s’en prendre à ceux qui, au Royaume-Uni, non sans courage, osent défendre l’adhésion de leur pays à l’Euro. Mme Bowles est en effet issue des rangs du parti LibDem qui siège à l’ADLE et a toujours eu des positions très pro-européennes ; les députés au PE représentent tous les Européens. Ils ne sont pas liés par les positions officielles de leur pays.

A titre de suppléante, je siègerai à la Commission en charge de l’agriculture (dite AGRI) qui a, dans les cinq années à venir, un agenda chargé et passionnant : réforme de la PAC, régulation des marchés notamment du lait, défense de la qualité alimentaire et de l’environnement, impact des décisions européennes sur le reste du monde. Une commission décisive pour notre région Ouest.

2017-12-19T11:28:03+00:00