Vous avez dit gouvernement économique ?

10 juillet 2007

Un « gouvernement économique européen » ? Chiche ! A ce jour, l’Union monétaire est solidement organisée autour de la Banque Centrale Européenne, tandis que l’Union économique se réduit à une coordination des politiques nationales. Mais, sauf à se payer de mots, un « gouvernement économique » supposerait de mettre en commun la souveraineté budgétaire et fiscale des Etats membres de la zone Euro. Un contrôle démocratique de l’organe possédant un tel pouvoir serait nécessaire. C’est ce que la France, allergique au « fédéralisme » souvent caricaturé en épouvantail, a toujours rejeté. Enfin, nos partenaires n’en demeureraient pas moins attachés aux principes qui ont présidé à la naissance de l’Euro, acceptés par la France : la stabilité de la monnaie, la lutte contre l’inflation, la réduction de l’endettement public.

Il y a donc un paradoxe à se déclarer prêt à créer un « gouvernement économique » tout en contestant ces choix fondamentaux. Ce n’est pas en nous exonérant du pacte de stabilité et de croissance que nous convaincrons nos partenaires de mettre plus de souveraineté en commun. C’est, au contraire, en respectant scrupuleusement nos engagements, notamment en réduisant notre dette et en cessant de voir dans le taux de change de l’euro la source de maux qui, pour une large part, sont au contraire liés au manque de réformes en France. Le « gouvernement économique » n’est pas une alternative à la coordination actuelle, ni un échappatoire. Il pourrait être un jour son prolongement, à condition notamment que la France se plie de meilleure grâce aux disciplines communes.

Sylvie Goulard

2017-05-22T14:43:02+00:00