Retrouvez l’échange en vidéo en cliquant ici.

 

Mario Draghi est intervenu le 26 septembre devant la commission ECON dans le cadre du dialogue monétaire c’est-à-dire l’échange récurrent entre le Président de la BCE et les parlementaires européens.

Lors de cet échange, j’ai souhaité interroger Mario Draghi sur les risques pesants sur le mandat premier de la BCE : la stabilité.

L’incertitude actuelle, notamment liée au Brexit, rend plus difficile l’accomplissement de son mandat.

Lors de son intervention, il a fait référence à « l’intégrité du marché intérieur ». Je lui ai demandé de clarifier cette déclaration ainsi que de préciser la manière d’éviter la création de risques systémiques dans cette période d’incertitude. J’ai tenu explicitement à lui demander si l’acceptation des arrêts de la Cour de justice de l’Union constituait un élément nécessaire notamment en contrepartie du passeport (qui permet aux entreprises agrées établies dans l’Union d’offrir des produits financiers dans l’ensemble de l’Union) ou pour les transactions libellées en euro. L’application des règles est en effet un élément déterminant.

Enfin, j’ai voulu savoir combien de temps il estimait acceptable d’attendre pour trouver une solution.

Dans sa réponse, il a notamment souligné l’impossibilité de diviser les quatre libertés (libre circulation des personnes, des biens, des capitaux et des services), la nécessité d’appliquer les règles et le danger de toute discrimination entre les différents acteurs du marché.

 

 

2017-05-19T00:50:07+00:00