Un billet d’Alain Dauvergne

24 novembre 2006

Alain Dauvergne sur le renouvellement du Président… du Parlement européen

Les électeurs français devront encore attendre un peu plus de cinq mois pour savoir qui sera élu à la Présidence de la République. Cruelle – mais saine – incertitude de la démocratie…
Les députés européens, eux, éliront leur nouveau Président le 16 janvier – encore quelque six semaines de patience, donc. Mais aucune incertitude : à moins d’un accident de santé que personne ne lui souhaite, l’Allemand Hans-Gert Pöttering est assuré du succès. On le savait déjà, d’ailleurs, depuis l’installation du Parlement, au lendemain de l’élection européenne de 2004. Pourquoi ? Parce qu’au Parlement européen règne, de facto, la règle du « ticket » formé par les deux principaux groupes de l’Assemblée : le PPE-DE et le PSE. En se partageant le pouvoir en deux demi-mandatures, ces formations s’assurent une sorte de domination perpétuelle. Ainsi, au socialiste Borrell dont les 30 mois de Présidence s’achèvent, succèdera le PPE-DE Pöttering, dont la candidature, prévue dés 2004, a été confirmée à l’unanimité par son groupe le 14 novembre dernier. Comme les chrétiens-démocrates du PPE, les socialistes voteront pour lui, assurant du même coup sa victoire. Ah ! le confort des postes négociés entre appareils et répartis entre soi… Evidemment, les candidats venus d’autres formations, même s’ils sont de grande qualité, sont ainsi, en pratique, interdits « à perpète » de Présidence…

 

Alain Dauvergne

2017-05-19T17:00:12+02:00