Lutte contre la pauvreté 2017-05-19T00:49:57+00:00

 

Pourquoi un intergroupe de lutte contre la pauvreté?

 

La montée de la pauvreté, des inégalités, devrait être le sujet de préoccupation primordial de tous les responsables politiques européens, nationaux et locaux.
Que tant d’enfants, de familles, de personnes isolées, n’arrivent pas à « joindre les deux bouts », que le nombre de repas servis par les organisations caritatives augmente, que les jeunes soient de plus en plus frappés par la précarité, voilà autant de signes d’échec des politiques publiques.

 

L’Europe a été faite pour améliorer les conditions de vie et d’emploi des peuples européens. Si l’Union européenne et les Etats qui la composent échouent dans cette mission, c’est toute la société qui se déchirera.

 

Moralement, le gâchis humain n’est pas tolérable. Economiquement, c’est une perte que l’Europe, continent vieillissant, ne peut pas s’offrir. Et le pire est que nos dirigeants nationaux s’assoient sur les priorités qu’ils ont eux-mêmes fixées : la lutte contre la pauvreté et l’exclusion figure au nombre des objectifs de la stratégie 2020.

Au sein de cet « intergroupe », nous essayons, par-delà les barrières politiques et nationales, d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur l’urgence de la lutte contre la pauvreté et la misère.

A tous les niveaux, notre message principal est de rappeler la dignité des plus démunis, leur droit à être entendus, notamment lorsque sont conçues les politiques qui sont censées s’adresser à eux.

Nord et Sud, droite et gauche, libéraux et verts ensemble. Notre bureau réunit des députés de tous horizons : de Verónica Lope Fontagné du parti conservateur espagnol en passant par Silvia Costa, Italienne du groupe Socialiste et Démocrate, et Jean Lambert, verte et britannique.

Le secrétariat est assuré par Marie-Cécile Renoux de ATD Quart Monde. Heather Bailey, mon assistante en est le pilier.

L’intergroupe n’organise pas seulement des événements, il contribue activement aux propositions de législations, pour préserver la dignité des plus démunis. Sur les rapports qui abordent des questions sensibles à l’intergroupe, des amendements trans-partisans sont souvent déposés par les membres du bureau. Avec plusieurs cosignataires issus de différents groupes politiques, les amendements ont en effet davantage de poids lorsqu’ils sont discutés dans la commission responsable.

Pour en savoir plus sur la lutte contre la pauvreté :

Conférence-débat organisée par l’Intergroupe « Extrême pauvreté et Droits de l’Homme, Comité Quart Monde » avec Magdalena Sepúlveda, rapporteur spécial des Nations Unies pour l’extrême pauvreté et les droits de l’homme

19 juin 2012|

Nous avons invité le 19 juin dernier Magdalena Sepúlveda, rapporteur spécial des Nations Unies sur l’extrême pauvreté et les Droits de l’Homme, à venir s’exprimer au Parlement européen. Madame Sepúlveda avait élaboré un ensemble de principes directeurs sur l’extrême pauvreté, qui ont été adoptés le [...]

14-17 septembre 2009, Chronique de Strasbourg, INTERGROUPES

2 octobre 2009|

Chronique de Strasbourg du 14 au 17 septembre 2009 INTERGROUPES L'intergroupe Extrême pauvreté La lutte contre l’extrême pauvreté est, pour nos sociétés, un enjeu majeur ; les inégalités se creusent. Le fonctionnement de nos économies, les failles du système scolaire, l’éclatement des familles laissent beaucoup [...]

Flash sur les intergroupes du Parlement européen

21 septembre 2009|

Flash sur les intergroupes du Parlement européen 18 septembre 2009 Les « intergroupes » sont des groupes de députés qui, par delà les frontières partisanes, se retrouvent pour travailler sur un sujet d’intérêt commun, transversal qui ne relève d’aucune Commission thématique : il peut s’agir [...]